samedi 28 juillet 2012

Délocalisations en Ile-de-France, qu'en est-il ?

A. Montebourg, JP Huchon et F.Hollande se sont exprimés sur cette délocalisation "forcée".
JP Huchon déclare : Le Stif "n'a eu d'autre choix" au sujet de la plateforme téléphonique délocalisée.
"Le Stif n'a eu d'autre choix que d'attribuer le marché à une entreprise dont le centre de traitement et d'appels est situé au Maroc, évidemment moins-disante que sa concurrente dont le centre de gestion est implanté sur le territoire français", souligne dans un courrier daté du 11 juillet le président du Stif, l'autorité organisatrice des transports en Ile-de-France, et de la région d'Ile-de-France.Pour Jean-Paul Huchon, il est "nécessaire" de mieux prendre en compte dans les textes qui régissent la commande publique des risques encourus "du fait d'une concurrence en provenance d'Etats où les règles de droit social et de droit du travail sont peu exigeantes". Il lui semble également nécessaire "d'introduire une clause de préférence communautaire dans les cahiers des charges des marchés publics".
"La rédaction actuelle du code des marchés publics, issue des directives européennes, ne permet pas de favoriser l'exécution de prestations sur le territoire national, voire européen", accuse M. Huchon. "Les marchés de prestations qui requièrent une part importante de main d’œuvre n'échappent pas à ce principe que la jurisprudence communautaire consacre régulièrement", relève-t-il.
Souhaitant une "véritable réflexion sur ce sujet", M. Huchon termine son courrier au ministre par une mention manuscrite: "c'est un sujet d'importance".
De son côté, M. Montebourg a indiqué vendredi sur Europe 1 avoir demandé à M. Huchon de "reconsidérer" cette décision, "en remettant l'appel d'offres sur le métier".
Il a ajouté qu'il souhaitait que, "dans les services publics, dans la commande publique, nous ne soyons pas prisonniers de règles qui contribuent à délocaliser les emplois". Le gouvernement se bat "pour les relocaliser, ce n'est pas pour accepter qu'on les délocalise".
Philippe Jousset, co-président de Webhelp, la société qui détient ce marché jusqu'au 1er février 2014, et qui a dénoncé auprès des médias la décision du Stif, avait lui-même proposé de délocalisé ses propres centres d’appel, il est vrai pas au Maghreb mais en Roumanie….(reprise partielle d'une dépêche AFP)


La position des élus socialistes au Conseil régional d'Île-de-France :
Le STIF, autorité organisatrice des transports en Ile-de-France, a du choisir, pour respecter les règles du code des marchés publics, d’attribuer un marché à un prestataire pour une plate-forme téléphonique située au Maroc et destinée aux usagers franciliens.
Dès le 11 juillet, le Président de la Région et du STIF, Jean-Paul Huchon, a adressé un courrier au ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, afin de l’alerter sur les risques du maintien de règles qui contraignent la puissance publique à délocaliser des emplois.
Ainsi, la proposition de “remettre l’appel d’offre sur le métier” formulée ce matin par Arnaud Montebourg est, pour les élus du groupe socialiste au Conseil régional d’Ile-de-France, une réponse à l’inquiétude formulée il y a deux semaines :
« Le code des marchés publics comprend des règles qui créent des situations économiques aberrantes. En alertant le ministre, nous demandions la modification des règles qui mettent les élus dans de réelles difficultés », a déclaré Guillaume Balas, président du groupe.
Le président Huchon et les responsables gouvernementaux conscients de cette contrainte, travaillent ensemble à trouver une solution favorable à l’emploi francilien.
La triste polémique orchestrée témoigne donc d’une ignorance des textes réglementaires dont les socialistes ont hérité. Les tentatives de manipulation sont indécentes au regard de la situation sociale et économique des salariés concernés.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire