vendredi 25 février 2011

Vie municipale : Nous voulons un débat politique, pas un débat de personne !

Le 10 février dernier s’est tenu le Débat d’Orientation Budgétaire (D.O.B.) de la ville de Charenton. Le D.O.B. est l’occasion de confronter les options et projets politiques au sein du Conseil Municipal.

Après un exposé, de près d’une heure, vantant les mérites de sa gestion, la majorité municipale (UMP et NC) a cédé la parole aux autres groupes politiques représentés. Après l’exposé du MODEM, le groupe « Réunir pour Changer » (rassemblement de la gauche et des écologistes), par la voix de son Président G-M BELLAÏCHE a présenté ses orientations.
Comme à leur habitude, les élus « Réunir pour Changer » ont fait alterner critiques et propositions.
Les élus « Réunir pour Changer » ont mis en exergue la véritable pression fiscale que supportent les Charentonnais et le coût exorbitant des services offerts à la population, ils ont insisté sur la grande faiblesse des investissements prévus dans la ville, sur l’absence d’ambitions économiques et la vision étriquée de cette majorité.
Ils ont démontré que le Charenton d’aujourd’hui ne vit que sur ses acquis « naturels », dont les Charentonnais sont les heureux bénéficiaires (proximité avec Paris, transports en commun, voisinage du bois de Vincennes, valeur locatives élevées, etc…). Ils ont ainsi expliqué qu’à l’inverse tout ce qui dépendait de la politique menée par l’actuelle majorité UMP/NC était  faible voire inexistant :
-    Qu’il s’agisse des nuisances phoniques, pour lesquels rien n’a avancé depuis 40 ans ! Alors que depuis l’élection de G-M BELLAÏCHE au Conseil régional tout (comme par magie) s’accélère !
-   Qu’il s’agisse de la politique du logement, pour laquelle le choix de l’immobilier « hors de prix » a été préféré aux logements accessibles aux classes moyennes et à ceux qui ne peuvent payer 8.500 € le m2 (prix de vente des 200 appartements actuellement en construction rue Gabriel Péri) ;
-    Qu’il s’agisse de la politique scolaire, qui connaît une situation dénoncée sans cesse par les parents d’élèves et qui aboutit à des écoles surchargées, préfabriquées ou inadaptées,
-     Qu’il s’agisse de la sécurité qui subit une hausse et qui, à la manière du Président Sarkozy, ne connaît que des annonces, n’est suivie d’aucun fait et mécontente les victimes.
Tous les points liés à la politique de la ville ont été analysés par les élus du groupe "Réunir pour Changer".
(NB : le détail complet de l’intervention de G-M BELLAÏCHE, pourra être consulté sur le site de la ville de Charenton dans le compte-rendu du Conseil municipal du 10/02/2011)

Le fait marquant a été l’attitude anti-démocratique de cette majorité à bout de souffle.
Par sept fois, notre parole a été interrompue. G-M BELLAÏCHE a du subir des attaques personnelles, quand, pourtant, il parlait au nom des Charentonnais et de son groupe politique.
Alors que la période électorale interdisait de prendre position sur les actions du Conseil général, le président de séance et maire de Charenton (lui-même candidat à ces élections !)  a autorisé, malgré nos protestations, ses adjoints à tenir des propos dénigrant l'action de la majorité de gauche du Conseil général (petite enfance, collège, action sociale).
Pire, le Maire de Charenton à lancer aux membres du groupe "Réunir pour Changer" un «Sortez !» tant il était déstabilisé, incapable d’entendre autre chose que les propos rassurant de sa Cour ou (peut être) se croyait-il dans un régime "de droit divin" dont il serait le Prince !
Cette soirée fut éprouvante pour la démocratie, mais les élus du groupe "Réunir pour Changer" ont su rester à la hauteur du mandat qui leur a été confié et continueront à défendre les Charentonnais face à cette majorité UMP/NC... bien peu démocratique.
Nous avons véritablement deux conceptions de la vie démocratique.
L’une reposant sur l’obscurantisme, l’absence de dialogue et les attaques personnelles. 
L’autre se voulant volontaire, ambitieuse, à l’écoute des besoins des Charentonnais et s’inscrivant dans le débat démocratique.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire