lundi 28 mai 2012

Lycée Jean Jaurès : les quatre erreurs de la majorité municipale


L'actuelle façade du lycée J. Jaurès
La façade prévue...."un air de famille" certes mais surement pas la conservation imposée par la loi.
La majorité municipale de Charenton a décidé de "passer en force" et de faire avancer son projet de transformation de notre Lycée Jean Jaurès en résidence de très grand standing.
Cela va se faire au mépris des riverains, qui ont été 600 à signer une pétition, au mépris de la loi municipale et au mépris de l'avenir des capacités foncières de la ville.
Je vous vous propose de retrouver la position du groupe des élus "Réunir pour Changer à Charenton" exposée lors du Conseil municipal du 24 mai.
 
Mesdames et messieurs,

La décision que nous allons prendre n’est pas futile et concernera l’aménagement urbain d’une partie de notre ville pour les décennies à venir.
Il nous est proposé purement et simplement d’aliéner la propriété de la ville sur une surface grande comme un lycée pour laisser s’y construire des logements, de prestige mais là il y a déjà pléonasme.
Rappelons les débat que nous avons eu ici, plus ou moins calmement, sur la grandeur de l’école des 4 vents, sur la surface encore disponible à A. Briand, sur bien sur, la nécessité de construire un second collège.
Tous ces débats ont porté sur les surfaces disponibles dans notre ville.
Eh voilà que d’un seul coup nous pourrions nous passer de plus de 5.000 m2 de plancher, donc 15 ou 20.000 m2 de surface utile ?
Là est déjà la première erreur, notre ville a besoin, pour son développement futur et pour ces services publics, de ce terrain.
La deuxième erreur, qui est plus un irrespect profond pour ce Conseil, qu’une véritable erreur, est le choix de l’Investisseur.
Rappelons nous comment ici notre Maire nous a expliqué qu’il ne serait jamais contraint de signer avec ce promoteur, qu’il avait les moyens de le faire plier, que le pacte de préférence qui avait été signé lors de l’acquisition du terrain de l’actuel lycée R. Schuman ne serait en rien une contrainte. Enfin, que nous allions voir ce que nous allions voir…
Tout ces propos de va-t-en guerre pour en définitive nous proposer de signer…avec ce même promoteur.
A nos yeux, il y a pire encore, sauf à nous prendre pour des naïfs, il faudrait que nous avalions que le plus grand des hasards a fait que ce promoteur soit le seul :
- A avoir proposé un semblant de conservation de la façade dans ces deux projets. Rappelons nous qu’il était demandé aux candidats de présenter un projet dit classique et un projet plus novateur. Et que tous ont proposé deux versions différentes et que ce promoteur est le seul à en avoir proposé deux totalement similaires et conservant l’esprit de la brique.
- Que, de plus, il soit celui qui propose la plus grande surface de salle, 450 m2, acceptant même d’en déplacer l’entrée à la demande des services municipaux,
- Qu’il est proposé pile poil les 15 M d’€ demandé, le nombres de parking exacts, etc…
Et bien non, nous ne seront pas naïfs et comme nous sommes responsables, nous mettons en débat nos doutes et nos interrogations.
Troisième erreur, vous avez fait voter un Plan local d’Urbanisme, qui contient un Plan d’Aménagement et de Développement Durable dit P.A.D.D. C’est à dire que cette contrainte, sans y être forcé par qui que soit, c’est vous même qui l’avez édictée et que dit ce P.A.D.D de mars 2006 sur ce qui autorisé ou non à construire, notamment à cet endroit :
Je cite :
"(…) Chapitre A. Protéger les monuments classés ou inscrits ainsi que les bâtiments ou éléments remarquables dont la qualité et la valeur nécessitent leur maintien .
Les patrimoines suivants sont protégés, soit au titre des monuments historiques, soit comme patrimoine remarquable. Ils sont répertoriés dans le règlement comme éléments patrimoniaux à conserver :
-L'Hôtel de Ville
- Écurie et chenil du château de Bercy
- Grilles du château de Conflans
- Immeubles exceptionnels et de type haussmannien situé sur le plateau
- Immeuble de l’Assistance Publique, façade donnant sur la rue Necker
- Angle de la façade du LEP Jean Jaurès rue de Gravelle (…) "

Tout le monde ici, sans être un grand architecte, constatera que si l’esprit de la façade d’angle est conservée, ce n’en est que l’esprit et que cette dernière est profondément modifiée en violation avec la loi municipale que vous avez vous même voulue et qui vous oblige à la conserver dans son intégralité !
Enfin, quatrième erreur, notre ville ne compte pas énormément de monuments ou d’édifices qui ont marqués l’histoire de l’architecture ou du patrimoine et celui là en est un.
Vous prendrez, en votant cette délibération, la décision de rayer ce passé architectural en en gardant un ersatz afin de tenter de calmer la colère, que nous avions annoncé, de centaines de Charentonnais qui vous l’ont exprimé par voies de pétitions.
Parce que nous avons besoin de foncier pour la ville,

Parce que nous contestons les conditions d’attributions de ce projet,
Parce que vous violez la loi municipale
Et parce que vous allez rayer une partie de l’Histoire de notre ville.
Nous nous opposons fermement à ce projet et nous réservons le droit, si il était voté en l’état, de le contester auprès des instances compétentes.
Je vous remercie de votre attention.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire