mercredi 21 novembre 2012

"Erreur" sur la taxe d'habitation 2011, le démenti des élus de l'opposition de Charenton et de Saint-maurice

Le Parisien du 20/11/2012
Communiqué de presse

Charenton-le-Pont, le 21 novembre 2012

Erreur sur la taxe d'habitation :
Démenti formel des élus des groupes 
"Réunir pour Changer à Charenton" et "Énergies Nouvelles"

Dans son édition d'hier, "le Parisien" édition du Val-de-Marne est revenu sur la pénalisation en 2011 de près de 31 000 foyers fiscaux de Charenton-le-Pont et Saint-Maurice. Pour rappel, les élus des groupes "Réunir pour Changer à Charenton" et "Energies Nouvelles" pour Saint-Maurice, avaient immédiatement demandé la restitution aux Charentonnais et Mauritiens des impôts supplémentaires indument prélevés sur la taxe d’habitation (voir l'article de ce blog du 16/12/2011).
Jean-Marie Brétillon, Président de la Communauté de communes et son Vice-Président, Christian Cambon, respectivement Maires de Charenton-le-Pont et de Saint-Maurice s'y étaient refusés, arguant du fait que la loi leur interdisait ce remboursement.
Les deux groupes proposaient alors qu’une remise équivalente sur l'imposition 2012 soit décidée, puis son rétablissement en 2013.
Quelle ne fut donc pas la surprise de Gilles-Maurice BELLAÏCHE et d'Arieh ADIDA, d'apprendre hier, par voie de presse, que ce trop perçu aurait été affecté par l'intercommunalité à la rénovation du Marché Emile BERTRAND !
En tant que Présidents de groupe, ils opposent un démenti catégorique à cette information, la communauté de communes ayant eu en effet recours à un emprunt de 1,5 M d'euros pour la rénovation dudit marché. Ils s'interrogent également sur l'affectation réelle des 1,5 à 1,8 millions d'euros de trop perçu, alors qu'au même moment l'intercommunalité annonce des coupes budgétaires dans l'action culturelle de nos villes (voir l'article de ce blog du 14/11/2012).
Gilles-Maurice BELLAÏCHE et Arieh ADIDA dénoncent un sous-dimensionnement "organisé" de la Communauté de communes pour préserver les budgets de chaque ville.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire