dimanche 7 avril 2013

Charenton/Saint-Maurice : « Un budget 2013 qui annonce une mort prochaine de l’intercommunalité »

Après l’analyse du budget de la commune de Charenton, nous avons été appelés à nous pencher sur la proposition de budget, pour 2013, de la Communauté de Communes de Charenton/Saint-Maurice.
Avec une hausse considérable des prix des services offerts à la population et un quasi-arrêt des investissements préparant l’avenir, ce budget semble annoncer la mort certaine d’une collectivité de plus de 43.000 habitants. Il se résume en une phrase : « nous augmentons tout, nous revenons sur tout et n’envisageons rien pour l’avenir »
Vous pouvez lire l'intervention de G-M BELLAÏCHE prononcée au nom de son groupe :

Mesdames et messieurs, Cher(e)s collègues,
Lors du débat d’Orientation budgétaire du mois dernier nous sentions poindre un choc dans ce budget de l’intercommunalité mais là vous êtes allés au-delà de tout ce qui pouvait être imaginé.
Le budget primitif 2013 de la Communauté de Communes de Charenton/Saint-Maurice, collectivité de plus de 43.000 habitants, méritait plus de sérieux et d’ambitions.
Vous l’avez résumé à l’expédition des affaires courantes, affaires qui semblent vous échapper et que vous tentez tant bien que mal de maitriser.
Le budget de fonctionnement que vous proposez se résume à des hausses vertigineuses de tous les services aux habitants mis en parallèle à des baisses tout aussi vertigineuses des services rendus à la population.
Quant à l’investissement nous frôlons le néant absolu.
En définitive, vous n’avez pris aucune option, vous ne donnez aucun sens à vos choix.
J’admire le vice-président chargé des finances d’avoir pu tenir autant de temps pour nous exposer ce qui aurait pu se résumer en une formule : « nous augmentons tout, nous revenons sur tout et n’envisageons rien pour l’avenir ».
Concernant les services à la population c’est, en effet, à en donner le vertige :
Pour ce qui est payé par nos habitants :
 + 6,5% pour les services à caractères culturels (ateliers culturels, médiathèques et autres conservatoires) ;
+ 16 % pour la taxe spéciale d’enlèvement des ordures ménagères ;
+ 26% pour « les redevances à caractère de loisirs » (semaine bleue pour le 3ème âge et séjours hiver et été pour nos enfants) ;
Pour ce que nos habitants reçoivent en retour :
- 5% pour le personnel notamment des théâtres et des médiathèques ;
- 12 % pour les subventions aux associations ; 
- 14,5% pour les fêtes et cérémonies ;
Et en plus de supprimer du personnel dans les théâtres vous baisser de 20% le montant alloué à leur programmation.
Sur ce dernier point nous craignions que vous fermiez un théâtre, en fait vous avez été plus subtils, vous décidez de les vider partiellement mais collectivement de leurs spectacles.
Pourquoi tous ces sacrifices ?
Pour une meilleure gestion ?
Malheureusement non,
simplement pour ne plus recevoir de nos villes ce qu’elles auraient dues verser.
- 300.000 € reçus par la ville pour payer à la place de l’intercommunalité les rares investissements ;
- plus de 250.000 € de remboursements divers et variés encore à payer aux communes ;
- et le fameux fond de péréquation que vous avez décidé de plus faire rembourser par les villes et qui était inscrit l’année précédente pour 353.000 €.
- Quand nous savons en plus que ce budget contient « une attribution de compensation » toujours aussi importante, de plus de 12 M €, qui est toujours et encore reversée à nos villes.
Quant à la section d’Investissement est-il besoin de l’évoquée ? : « 0 » ou presque en recette et pas beaucoup plus en dépenses. 
Quand nous savons que l’investissement c’est préparer l’avenir, il est maintenant établi que l’avenir que vous nous promettez est proche du zéro absolu. 
Pour notre part, nous sommes cette fois dans l’impossibilité de vous proposer un contre-budget. En effet, vous avez tellement asséché notre Communauté que nous serions dans la situation de devoir choisir entre changer la structure complète de nos budgets communaux ou avoir besoin d’un recours immédiat à l’emprunt ou à la hausse de la fiscalité.
Dans un cas comme dans l’autre, cela ne nous convient pas car ne nous pourrions envisager ce contre-budget qu’en nous mettant dans la situation inconfortable dans laquelle vous avez mis, en plus, les budgets de nos deux villes.
Nous comprenons que vous avez décidé de vider la Communauté de Communes de toutes substances et de toutes perspectives.  
Au delà de la terrible analyse budgétaire dont nous venons de donner que quelques exemples très caractéristiques, il nous semble que c’est la notion même d’intercommunalité que vous avez décidez de mettre à bas.
Nous sentons même que, face à la difficulté qu’il y a à donner une autre direction la communauté de communes, non seulement vous ne choisissez pas, mais qu’il y a comme des tiraillements entre les exécutifs de nos villes, vous semblez avoir décidé de plus rien entreprendre tant vous semblez en désaccords sur ce qu’il faudrait faire ou ce qu’il aurait fallut faire.
 Depuis son origine vous nous expliquez, avec un ton docte, qu’il faut savoir construire pierre après pierre et que, comme toujours, nous sommes trop pressés de voir aboutir notre complémentarité intercommunale.
Nous avons au contraire le sentiment qu’à force d’attendre la maison à trop pris l’eau et se meure de ne jamais avoir vu son toit se poser.
Vous vous êtes enferrés dans une structure qui est maintenant trop grande pour le peu que vous en faite ou trop petite pour ce qu’il devrait être envisagé.
 Vous vous vouliez donneurs de leçon, vous semblez être pris au piège de votre attentisme.
Nous continuons à penser que la direction que vous continuez à prendre est la mauvaise, nous voyons avec tristesse s’évanouir notre rêve de réunir deux villes pour les rendre plus fortes et plus ambitieuses.
Ce budget est l’annonce d’une mort prochaine, nous ne vous aiderons pas à éteindre ce rêve.
 Nous ne voterons pas votre budget.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire