samedi 29 juin 2013

Transports : l’Etat et la Région s’engagent sur le financement du Nouveau Grand Paris


  Séance plénière du Conseil régional de juin 2013
Les grandes annonces avaient été présentées le 6 mars dernier par Jean-Marc Ayrault. Il restait à les mettre en musique. C’est chose faite depuis la séance plénière à la Région Ile-de-France au cours de laquelle les Conseillers régionaux ont voté une convention de financement entre l’Etat et la Région d’un montant de 7 milliards d’Euros.
Améliorer les transports existants, premier volet du Nouveau Grand Paris
Premier volet du Nouveau Grand Paris présenté par le premier Ministre, cette enveloppe doit s’étaler de 2013 à 2017 et sera consacré à l’amélioration du réseau de transport existant qui présente des points de saturations importants.
Voté à la quasi unanimité au Conseil Régional, cette convention constitue non seulement un engagement fort de l’Etat et de la Région sur des financements à la hauteur du projet, mais également un moment historique pour les transports en Île-de-France : jamais l’Etat ne s’était engagé aux cotés de la Région sur des montants aussi importants pour un projet de transports.
Ainsi gravé dans le marbre, cette convention est une nouvelle victoire de la majorité régionale au service des Franciliens : alors que le projet initial du Grand Paris porté par la précédente majorité nationale ne prévoyait aucun financement pour améliorer les transports utilisés aujourd’hui par des millions d’usagers quotidiens, la majorité régionale avait obtenu de l’ancien gouvernement qu’il intègre un plan d’urgence à l’accord du Grand Paris Express signé en 2011. 
Un projet d’investissement public historique
  l’Etat s’engage sur 1 Milliard d’Euros,
la région sur 2,5 Milliards,
les autres collectivités (départements) et les opérateurs sur 0,5 Milliard
la Société du Grand Paris pour 2 Milliards soit prêt d’un tiers du financement global. 
Le Nouveau Grand Paris devrait donc apporter une qualité de transports accrue pour les usagers du réseau actuel, une meilleure desserte de l’ensemble des territoires, notamment grâce aux trajets banlieue-banlieue et une attractivité supplémentaire pour toute l’Île-de-France où les retombées fiscales attendues avoisinent les 60 milliards d’euros. Compromis entre réponse à l’urgence et anticipation des mobilités de demain, le Nouveau Grand Paris apparaît aujourd’hui comme un formidable projet d’investissement, un moteur de croissance pour l’Île-de-France.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire