mercredi 20 novembre 2013

83% des communes satisfaites de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires.

L'intérêt des enfants doit primer
Selon une enquête de l’Association des maires de France (AMF), 83% des communes satisfaites de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires.
Loin des clichés et des atermoiements, cette étude vient confirmer la bonne marche, en cours, de l'application d'une réforme d'abord faite dans l'intérêt de nos enfants.
Le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, a pris connaissance de la publication de l’enquête réalisée par l’Association des Maires de France sur les nouveaux rythmes scolaires, qui permet d’apporter de l’objectivité au débat qui entoure la mise en œuvre de cette réforme.
Cette enquête témoigne de la grande mobilisation des communes pour l’élaboration de projets de qualité avec l’ensemble des partenaires, malgré une complexité reconnue. L’enquête confirme également que les nouvelles activités périscolaires sont très largement fréquentées et qu’elles sont gratuites à 80%. Le coût médian de ces activités est de 150 euros par élève, ce qui correspond aux montants de l’aide apportée par l’Etat et la CAF.
L’étude pointe des difficultés, désormais bien identifiées, qui justifient les ajustements en cours sur le terrain, notamment pour les maternelles. Elle permet également d’écarter un certain nombre d’idées reçues : ainsi, ni le recrutement des animateurs, ni les relations avec les autres membres de la communauté éducative ne paraissent poser davantage de difficultés dans les communes rurales que dans les communes urbaines.
Enfin, la satisfaction affichée par plus de 4 maires sur 5 (83%) engagés dans la réforme et par plus de 70% des parents concernés est l’un des grands enseignements de cette enquête. Pour autant, le dialogue doit se poursuivre entre tous les acteurs – collectivités, enseignants, parents, associations, Etat – pour garantir les meilleures conditions d’application des nouveaux rythmes au service de l’intérêt des élèves. C’est dans cet esprit que Vincent Peillon se rendra demain à la table ronde organisée par l’Association des Maires de France et que le ministère poursuivra l’accompagnement et l’évaluation de la réforme.
A quand la mise en œuvre de cette avancée à Charenton pour le bien-être de nos enfants ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire