mardi 12 novembre 2013

Le député de la circonscription transforme un hommage national en tribune politique

G-M Bellaïche saluant les portes-drapeaux
Lors du déjeuner des anciens combattants de Charenton et de Saint-Maurice, le 11 novembre dernier, le député de la circonscription a cru bon de confondre discours d’hommage national aux anciens combattants et tribune politique.
Au lieu de rester dans le cadre de la cérémonie, il s’est lancé dans une critique véhémente du gouvernement.
Sans droit de réponse et choqué par une telle confusion, G-M BELLAÏCHE a quitté la salle de déjeuner afin de ne pas cautionner cette attitude si peu républicaine.
Non content de cet incident, ce même député, avec une certaine lâcheté, a profité de la sortie du Conseiller régional pour l’attaquer.
Ce dernier est donc revenu sur ses pas et il s’en est suivi un vif échange devant le monde combattant médusé.
Cet incident est d’autant plus scandaleux qu’il vient faire écho aux individus d’extrême-droite ayant eu la même attitude sur les Champs Elysées à l’égard du Président de la République.
Sans faire de raccourci trop rapide…cela en dit long sur la conception républicaine du député-maire de Maisons-Alfort.

Afin de regretter cet incident, GM BELLAÏCHE a immédiatement écrit à l'ensemble des présidents des associations représentant le monde combattant :

"Monsieur Le Président,

Je tiens personnellement à vous présenter mes plus sincères regrets quant à l’incident qui a émaillé la clôture du déjeuner donné en souvenir de ceux qui ont sacrifiés leur vie au service de la France durant le premier conflit mondial.
Comme vous avez pu le constater toutes les cérémonies et moments de recueillements se sont parfaitement déroulés. De la même manière, c’est dans une ambiance recueillie et amicale que nous avons tous participés au déjeuner servi à l’Espace Delacroix.
Lors de la prononciation des discours qu’il s’agisse de M. Topor, du Sénateur-Maire de Saint-Maurice ou du Président de la Communauté de communes, chacun, dans l’esprit qui sied à ce type de circonstances, a su dire les mots justes pour saluer la mémoire de nos combattants et, dans un esprit d’union Nationale, a su exprimer des sentiments que chacun pouvait ressentir en de tels moments.
Malheureusement, comme à son habitude, le Député de notre circonscription a confondu rassemblement républicain et meeting politique. Il s’est volontairement placé dans une situation politiquement partisane et totalement irrespectueuse à l’égard du sens même de la commémoration que nous célébrions. Ces propos étaient empreints de haine et, voulant dénoncer la politique de l’actuel gouvernement, ont trop vite oublié que la situation financière de la France est principalement due à la gestion calamiteuse des gouvernements qu’il a lui-même soutenu. N’en pouvant plus, et en toute discrétion, j’ai décidé de ne pas cautionner de tels propos par ma présence et me suis dirigé vers la sortie, suivi par des convives tout aussi choqués que je l’étais. 
Non content de briser la modération nécessaire à une telle allocution, j’ai été informé qu’une fois sorti, cet élu, avec une indécente couardise, m’avait pris à partie alors que j’étais en dehors de la salle.
J’ai dû revenir sur mes pas et regretter vertement l’absence de dialogue républicain.
J’ai constaté, qu’au lieu de nous réunir dans un souvenir commun, il avait ainsi braqué les uns contre les autres.
Les témoignages d’amitiés que j’ai reçu depuis lors, m’ont laissé entendre que ceux qui avaient fait le plus de bruit n’étaient pas aussi nombreux que ceux qui se sont offusqués d’une telle attitude venant d’un élu national.
Une fois de plus, je vous renouvelle mes plus sincères regrets pour cet incident et vous invite à les transmettre à vos membres.
J’ose espérer que nous arriverons lors des prochaines manifestations républicaines, rassemblant le monde combattant, à ce que chacun comprenne la nécessité de mettre avant la nécessaire unité Nationale avant son propre engagement politique.
Je reste à votre écoute,
Je vous prie de croire Monsieur Le Président, en l’assurance de ma meilleure considération.
Gilles-Maurice BELLAÏCHE"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire