vendredi 18 octobre 2019

Ce que j'appelle de la mauvaise politique


Ma déclaration au Conseil Municipal du 14/10/2019 :

J’ai appris ce matin, que deux de mes colistiers élus sur la liste « Charenton Avant Tout !» sous l’étiquette de la Gauche et des Indépendants et eux-mêmes élus sous l’étiquette du Parti Socialiste ont décidé de quitter le groupe constitué des membres de cette liste soumise au vote des Charentonnaises et des Charentonnais en 2014.

Le vote de 2014 s’est porté sur des choix politiques. Les valeurs qui animent mon groupe n’ont pas changé.
En temps que président du groupe, je me suis toujours obligé à respecter la voix de chacun quitte parfois à être mis en minorité. Nos différences d’appréciation ont toujours été solutionnées par le respect de chacun et la recherche du meilleur compromis.
C’est ma façon d’être.
Être le chef, nécessite, encore plus, d’être à l’écoute.
À la veille des prochaines élections municipales dans un grand mélange incompréhensible, il semble que respecter le mandat que nous ont confié les électeurs jusqu’en mars prochain serait incompatible avec le maintien de la cohérence du groupe « Charenton avant tout ».
Je ne le comprends pas et pire, je le rejette.
En six ans pas une feuille de papier n’a pu s’immiscer dans nos prises de position,
Pendant six ans, j’ai tenu la barre et ai tenu les engagements politiques qui nous ont fait siéger dans cette assemblée.
Au regard de tout cela, soyons honnête, j’ai essayé, de faire que le respect du vote des Charentonnais(es) soit notre seule ligne de conduite jusqu’au prochain scrutin.
Je constate que je n’ai pas été entendu et je le regrette.
Je prends donc acte aujourd’hui que deux de mes colistiers de 2014, sans divergences profondes, sans raisons portant sur les politiques municipales, sans être en désaccord avec nos engagements électoraux, s’en vont du groupe politique « Charenton avant tout ».
J’en prend acte devant vous et resterai jusque la fin de mon mandat fidèle aux promesses que nous avions faites à nos électeurs, c’est encré profondément en moi et c’est même la base même de la démocratie représentative.
Les prochains Conseils nous permettrons, je présume, de comprendre ce qui nous rend à ce point incompatible et qui ne l’aurait pas été jusqu’à ce jour.
Plus globalement, il est dur d’être une opposition municipale, cela est encore plus dur dans une ville comme la notre, alors quand je vois l’opposition s’étioler et s’effriter pour des enjeux personnels loin de tout antagonisme de politique municipale, je me dis « quel gâchis ».
Il y a quelque temps c’est la majorité qui c’était facturée. Toujours sur des problèmes de personne, sans que la politique municipale majoritaire ne soit remise en question.
Lors de cette fracture la principale intéressée a purement et simplement démissionner.
Elle a su aller au bout de sa cohérence et respecter la logique de sa présence sur une liste.
Là ce n’est pas le cas.
Pour ma part, maintenant seul, mais porté par les électeurs qui ont fait confiance à la liste que je menais en 2014, qu’ils soient membres ou non d’un parti, je resterai le chef de file de la plus forte opposition dans cette enceinte et qui continue, sans avoir honte et sans se soumettre à la mode du « ni gauche, ni droite », à se revendiquer clairement de Gauche.
Enfin, et avec la détermination que tous me connaissent ici, j’œuvrerai afin de permettre à ceux qui se présenteront en mars prochain, pour ces valeurs, à maintenir leur représentativité dans la ville et, qui sait, à former la prochaine majorité municipale.

Gilles-Maurice BELLAÏCHE
Président du groupe "Charenton Avant Tout !"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire